Malgré son altitude (780m), des hivers rigoureux et un espace exigu, notre cour contient un palmier-datier. Mon grand père Kléber, né en 1904, affirmait qu'il avait été planté vers 1900 à partir d'un noyau. Il semble que celui-ci soit une femelle, chaque palmier ayant un sexe. Dans les plantations, les femelles sont pollinisées manuellement, une main humaine devant insérer une branche issue d'un palmier mâle parmi les régimes des palmiers femelle. La palmier aime l'eau et la chaleur; à Banon il a la chaleur l'été et peut-être y a-t-il de l'eau sous ses racines puisqu'un puits se trouve à environ 5 mètres de lui dans le jardin mitoyen.

Quand nous avons acheté la maison en 1997, le palmier était dans la cour;  son bloc de racines d'environ 1m3 était surélevé, enserré dans un cadre bétonné. Pour tout dire, il prenait trop de place dans cette cour minuscule à l'époque (disons 10 m²). L'idée nous vint donc de le couper et de nous en débarrasser pour faire de la place.

Croisant un jour le maire de Banon, qui se trouvait être aussi mon oncle, je lui indiquais que nous avions décidé de couper le palmier.

- Mais tu n'as pas le droit, il est protégé !

- Protégé par qui, par quoi ?

- Tu te rends pas compte, il n'y a que 2 palmiers à Banon, le votre plus un autre plus bas dans le village, tu ne peux pas le couper !

- Mais qui nous en empêchera, on veut!  avoir plus de place dans notre cour, on est chez nous quand même !

- Si il le faut, je prendrai un arrêté pour protéger ce palmier !

Je rentrais chez moi et recherchais alors sur internet pour savoir si, vraiment, un maire pouvait prendre un arrêté pour un truc pareil. Mes recherches semblaient me confirmer que je pouvais couper mon palmier. Mais pouvais-je me mettre le maire à dos ? Souvent dans le village quand on croisait quelqu'un il finissait toujours par nous dire "Oui mais le maire c'est ton oncle". Comme si cela nous donnait un quelconque avantage Comme disait un de mes cousins, "le seul avantage d'avoir son oncle pour maire c'est que quand il nous emmerde, on peut le lui dire".

Mais plus sérieusement, ce palmier faisait partie du patrimoine de la commune, même si quasiment personne ne savait qu'il était là. Et le maire avait raison. En fait, le vrai problème n'était pas le palmier mais ses racines qui prenaient trop de place. Une solution nous vint à l'esprit: faire un trou dans la cour là où ça nous arrangeait pour loger les racines puis le déplacer.

Je retournais donc voir M. Le maire pour lui suggérer mon idée :

- on peut garder le palmier si on le déplace, mais nous ne pouvons pas le faire, c'est trop de travail, il faut que la mairie prenne en charge ces travaux.

- D'accord, je vois ça, mais il faut le garder !

Quelques mois plus tard, les travaux étaient organisés et durèrent plusieurs jours. Un pied d'échafaudage était installé de chaque côté du palmier, deux madriers étaient posés en travers sur lequel le palmier était arrimé solidement. Ensuite il fallut creuser le nouveau trou qui devait accueillir le palmier puis dégager les racines du palmier; comme il était suspendu, il "suffisait" ensuite le déplacer vers son nouveau trou.

Les photos sont éloquentes :

IMG1img2IMG3Sans_titreIMG4

 

La transplantation n'eut pas eu d'effet néfaste sur la plante et finalement le résultat est assez réussi.

palmierOn regrette seulement d'avoir à balayer au printemps sous l'arbre pour récupérer ses graines non fécondées.

Deux péripéties ont ensuite été liées à ce palmier. Quelques mois après les travaux, un tract anonyme dévoilait l'opération au plus grand nombre et attaquait le maire. Ses opposants du moment avaient trouvé là du grain à moudre. Un schéma illustrait le montage utilisé et moquait ce maire qui chouchoutait sa famille. Cela nous fit bien rire car il n'y avait eu aucun secret autour de ce chantier.

Quelques mois plus tard, pour amuser mes enfants à qui nous avions offert des pétards à mèche, j'eus la bonne idée d'insérer un de ces pétards à l'horizontale entre les fibres du tronc du palmier avant de l'allumer. Malheureusement en l'allumant, je mettais aussi le feu au palmier. Je sais depuis qu'un palmier brule comme une torche. Heureusement, le tuyau d'arrosage se trouvait à proximité et le début d'incendie fut vite maîtrisé.

Je me voyais mal retourner voir le maire pour lui dire que, finalement, j'avais fait brûler son palmier.

Depuis, lors de nos déplacements, je recherche les palmiers. Peu à peu, j'ai acquis la conviction que ce palmier devait avoir un privilège: être le palmier le plus haut d'Europe et peut-être mérite-t-il une page dans le Guinness book ?